Etablissement du bilan comptable

Lecture 4 min.
Illustration macomptabilite

Le bilan est un des états devant être produits pour constituer les comptes annuels

Il synthétise à une date donnée (appelée "date de clôture") le patrimoine d'une entreprise (l'actif), et les moyens de financement qui ont été nécessaires pour l'obtenir (le passif).

Rappel : les   comptes annuels (bilan, compte de résultat et annexe comptable) doivent être établis et publiés au moins une fois par an (code de commerce, Art. L123-12).

Dans cet article, nous verrons quelles sont les sociétés qui doivent produire un bilan, son architecture, et enfin les pistes d'interprétations pour l'exploiter.

Illustration
Besoin d'un Expert Comptable ?Faites jusqu’à 30% d'économies, Comparez des devis gratuits.
Comparez maintenant

Qui réalise un bilan ?

Le code de commerce impose à toutes les personnes physiques et morales ayant la qualité de commerçante de publier des comptes sociaux annuels. Ces derniers sont constitués du bilan, du compte de résultat et de l’annexe comptable.

Pour les sociétés ne répondant pas à ce critère, il est tout à fait imaginable de publier un bilan comptable pour satisfaire une politique de gestion interne. 

Par exemple: pour mieux communiquer à ses partenaires l’état de l’entreprise, ou améliorer la gestion d’une société civile immobilière entre associés.

Certaines grandes entreprises décident aussi de publier plusieurs bilans par an, afin d'informer régulièrement les parties prenantes de la santé financière de la structure.

Notre conseil : Pour les PME ne disposant pas des compétences en interne, il est fortement recommandé de missionner un expert-comptable afin qu'il réalise lui-même ces états financiers. 

En plus de l'économie réalisée, vous réduisez les risques d'erreur concernant les principes comptables à appliquer.

Économisez jusqu’à 30%Besoin d'un Expert Comptable ?
Faites jouer la concurrence !
Comparez mes devis

La décomposition du bilan

Une des règles fondamentales du plan comptable est l’équilibre du bilan: l’actif = le passif. Le passif représente les sources de financement que reçoit l'entreprise, et l’actif l’utilisation de ses ressources. 

Le passif

Le passif d’un bilan traduit l’ensemble des politiques de financement menées par l'entreprise. Il se décompose en deux grandes parties.

Les fonds propres

Cette partie du bilan regroupe les apports réalisés par les associés/actionnaires à la société. En cas de fermeture, la société est tenue - si possible - de rembourser ces sommes.

S'y trouves aussi, les réserves et le résultat de l’exercice: ces sommes représentent la valeur créée par l'entreprise.

Le capital, le résultat et les réserves forment « les capitaux propres ».

Et enfin le poste « provisions » est le dernier élément de cette catégorie. Il s’agit uniquement d’un compte centralisant les écritures comptables qui ont pour objectif de rattacher une charge future à l’exercice courant.

Les dettes

Ce poste du bilan regroupe l’ensemble des dettes qu’une entreprise peut-être amenée à contracter. Il se décompose entre :

  • Les dettes financières: nous trouvons généralement les emprunts et les acomptes reçus sur commandes,
  • Les dettes d’exploitation: ce sont celles rattachées à l’activité - les dettes fournisseurs, la TVA due...
  • Les dettes diverses: cette catégorie regroupe l’ensemble des autres dettes (par exemple, celles relatives aux immobilisations).

L’actif

L’actif du bilan représente l’utilisation qu’une société a faite de ses ressources (le passif). Contrairement à ce dernier, l’actif est présenté en 3 colonnes: 

  • Le brut mentionne la valeur d'entrée du poste étudié (on parle de "coût historique")
  • Les amortissements et les dépréciations illustrent la perte de valeur créée par l’usure du temps.
  • La colonne « net » est donc une estimation du patrimoine réel de la société.

L’actif immobilisé

Cette catégorie représente l’ensemble des outils de création de valeur, dans lesquels a investi l'entreprise pendant l’exercice comptable et les années antérieures.

Ce poste est divisé en 3 sous-catégories: 

  •  Les immobilisations corporelles (les machines, outils, logiciels...)
  • Les immobilisations incorporelles (un fond commercial, un brevet...)
  • Les immobilisations financières (actions, titres de participation...)

Cette partie du bilan est aussi appelée « les emplois stables ». Elle représente les investissements qui ont pour vocation d’être utilisés à long terme.

L’actif circulant

Dans cette catégorie, nous trouvons les créances clients et les stocks.

Pour une entreprise, accepter un paiement à échéance représente une avance de trésorerie, ce qui explique la place du poste client dans l’actif, et non au passif.

De même, les stocks représentent des achats effectués « trop tôt ». Il faut donc le constater pour que comptablement il soit rattaché aux exercices futurs.

La trésorerie

C’est la résultante de la différence entre les financements et leur utilisation. En attendant d’être investies ou redistribuées, ces sommes sont placées sur des comptes bancaires ou des actifs liquides (VMP par exemple).

La lecture du bilan comptable

Le bilan comptable permet aux parties prenantes (internes et externes) d’établir : 

  • Le ratio d’endettement de l'entreprise : dettes / fonds propres

Il représente la proportion d’endettement vis-à-vis du financement effectué par les fonds propres.

  • Le ratio de rotation du stock : chiffre d’affaires de la période / stock moyen

Cela permet de savoir combien de fois le stock s’est écoulé pendant l'exercice comptable.

  • Le BFR (besoin en fonds de roulement) : actif à court terme (clients+stocks) - le passif à CT (dettes).

Il représente le surplus ou le besoin de financement tiré de l’exploitation de l'activité. 

Exemple : un supermarché a généralement un BFR négatif (il dégage de la trésorerie), car il vend aux consommateurs sans délai de paiement, et règle ses fournisseurs avec quelques mois de décalage.

Ce ratio permet donc d’identifier les besoins de financement, ou les possibilités de placements à court terme.

  • Le FRNG (fonds de roulement net global) : capitaux permanents - emplois stables

Il s’agit de l’excédent de financement à long terme vis-à-vis des investissements effectués. Additionné au BFR, le FRNG permet d’identifier les besoins ou excédents de financement pour l’activité dans son ensemble.

  • Le ratio de vétusté des immobilisations : Valeur nette  / valeur brute des immobilisation

Ce ratio permet de connaître le vieillissement théorique de l’actif. Plus il tend vers 0, plus le risque de devoir renouveler l’outil productif sur l’exercice comptable suivant est grand.

Illustration
Besoin d'un Expert Comptable ?Comparez les prix des cabinets d'expertise comptable.
Comparez maintenant